Le rêve américain

Octobre 2013!!! A cette période, ce voyage était un rêve de longue date, avec en tête toutes les photos de magazines et tout ce qu’on peut entendre et voir de Moab! L’organisation a été rapide puisque j’ai fait confiance à Vélorizons (https://www.velorizons.com/voyage-vtt/amerique-du-nord/etats-unis/CY63-vtt-usa.html). Un organisme qui propose des voyages en vélo tout compris, pourquoi chercher plus loin? Tout était parfait, un guide, une navette pour les affaires, les repas, les nuits, la visite des parcs, tu choisis ton niveau et tu roules en groupe. Partir aussi loin et rouler seul n’était pas envisageable. A cette époque c’était le projet d’une vie, car rassembler 3500 euros, ça ne s’est pas fait en un jour! Mais pour un voyage de 15 jours aux Etats Unis tout compris c’était très correct.

Départ pour Las Vegas

Samedi matin, en route pour Roissy. Mes bagages ont soigneusement été préparé, une valise, un sac à dos et le vélo démonté et protégé dans sa housse de voyage. Et oui je suis un sentimental, mon vélo se doit de partir avec moi, hors de question d’en louer un sur place.

Le stress commence déjà, même si Guigui est là pour m’accompagner, je suis un peu paumé dans l’aéroport avec mon pauvre papier imprimé. Les problèmes commencent avec le vélo, il faut payer! Visiblement on a tous le même problème et quelqu’un du groupe me rassure en me disant que Velorizons nous remboursera. Heureusement, avec un vélo comme bagage les membres du groupe se sont déjà en grande partie rassemblés.

C’est bon je ne suis plus seul, les bagages sont enregistrés, en espérant que le vélo arrive entier.

De nouveau un coup de stress lors de l’escale à Détroit, faut il récupérer les bagages ou non? En prime passage à la douane, dommage pour ceux qui auront mis des cadenas…

Le ton est donné, j’ai bel et bien quitté la France

Nous arrivons à Las Vegas tard dans la soirée, l’aéroport est très calme et notre guide Abraham nous récupère très facilement. Il est 1h du mat, nous sommes mort de fatigue et Abraham nous demande d’effectuer le montage des vélos car nous n’aurons pas le temps au réveil. Je me souviens que cela a été très difficile. J’ai très envie de dormir et en même temps il faut que je sois rigoureux sur le montage du vélo car ma vie en dépendra très certainement dans les jours à venir.

La première nuit a été très courte, ca démarre fort,  et voilà qu’on m’impose un petit déjeuner salé! Dur pour moi! Oeuf, bacon, thé… Pas de temps à perdre, il faut également connecter le cerveau pour déchiffrer la carte des petits déj et passer la commande. Nous sommes tous autour d’ une grande table, nous commencons par une présentation du groupe composé d’une petite quinzaine venant d’un peu partout en France et de nos guides Abraham et Valérie, américain et québécoise qui parlent parfaitement français. Lors du briefing de notre séjour, Abraham nous explique la situation du pays. Pour expliquer en terme français, les E-U votent en ce moment même le budget de l’Etat, l’assemblée est pour le moment contre, les fonctionnaires sont donc mis à l’arrêt dans tout le pays. Pas évident à comprendre pour nous français. Il nous explique alors que les parcs sont fermés et que nous ne pourront pas les visiter. Seuls quelques rangers travailleront pour maintenir l’ordre dans les parcs publics et s’assurer que personne ne s’y promène. La nouvelle est tombée hier soir, et le prochain vote s’effectue dans 15 jours, les E-U n’ont pas connu ça depuis plusieurs décennies, nous n’avons donc vraiment pas de chance. Je prends là un gros coup au moral, la raison première de mon voyage vient de tomber à l’eau. Je cache tant bien que mal ma déception devant le groupe, surtout qu’ils ont l’air d’être ici d’avantage pour le vélo.

Une première journée passée intégralement sur la route. La ville de Las Vegas est impressionnante, une ville de 600 000 habitants isolée en plein désert. Les américains sont fous de construire si grand et loin de tout! De grands boulevards et routes rectilignes, des moteurs qui ronronnent, même notre fourgon qui n’a rien dans le sac fait un bruit du tonnerre avec son V8. Les pleins d’essence se font réguliers et interminables, ce réservoir est un gouffre!!!

Nous sortons de la ville et là rien sur des kilomètres à la ronde. Il nous aura fallu la journée pour faire 450 km et arriver à Sedona. Le territoire américain est immense, je ne pensais pas! On se rend très vite compte que nous allons passer une grande partie de notre temps sur la route. Nous quittons l’état du Nevada pour l’Arizona en passant par la mythique route 66.

Une grande route rectiligne avec aux abords quelques commerces bien visibles

Nous arrivons en fin de journée dans un camping en plein désert. Nous installons le campement avec une petite sortie vélo afin qu’Abraham évalue le niveau du groupe et puisse étudier ce qu’il va pouvoir faire de nous. Aux premiers 500 m nous avons déjà 2 personnes en sang et un retardataire qui arrive 1 minute plus tard complétement essoufflé. Ca promet!!! Dans ma tête je commence à paniquer, les parcs sont fermés, si en plus le niveau technique des sorties doit être revu à la baisse pour satisfaire le groupe, ce voyage va être un désastre. Dans la soirée, Laurent se fait livrer sa valise par un transporteur type Blablacar.

Nous avons droit un beau ciel étoilé, dans le silence du désert seuls les gros moteurs américains viennent résonner dans la vallée.

Sedona

Un spot réputé pour le vélo, donc à découvrir. Nous sommes à environ 150 km au sud du Grand Canyon. Dans la continuité, un des membres du groupe casse sa selle dans le premier km, l’obligeant à faire demi tour et quitter le groupe avec Valérie. Nous avons du attendre Alexandre régulièrement, c’était à prévoir, c’est un terrain un peu plus difficile à pratiquer que le bois de Boulogne. Difficile les sorties de groupe.

Paysage de Sedona

Je suis prudent et pose le pied dans un passage technique, même si c’est difficile à accepter je ne tiens pas à me blesser le premier jour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce fut une belle sortie, une journée entière sur le vélo. Nous avons été dépaysés, des cactus, de grandes dalles rocheuses qui nous incitent à user nos gommes dessus. Alors que nous faisions du vélo, d’autres s’amusaient en 4*4. Ils ne s’ennuient pas les américains!

https://www.youtube.com/watch?v=cjZwrFGsWuY&t=211s

Après cette bonne sortie, nous sommes allés prendre une bière bien méritée dans un bar. Le patron nous aura apporté les boissons un révolver à la ceinture. Non, non nous ne sommes pas dans un film, c’est bien la réalité!

Admiratif devant l’immensité du territoire

Flagstaff

Nous poursuivons notre route en direction du Grand Canyon et faisons une nouvelle halte à 50 km au nord de Sedona pour un petit tour de vélo. Sur les hauteurs, d’ici nous pouvons apercevoir au milieu de cet immense plateau, la faille du Grand Canyon.

Le soir, tous réunis au camping, Abraham nous concerte sur le programme de demain. Demain, nous serons au Grand Canyon, le parc sera fermé mais il nous reste la possibilité de le voir en hélicoptère. Beaucoup d’entre nous étaient prêt à payer mais cette solution ne sera pas retenue. Nous avons beaucoup de choses à voir et cela nous fera perdre trop de temps. Je suis à nouveau décu.

En route pour Monument Valley

Ce matin, sortir du sac de couchage est difficile, nous ne sommes pas très loin du Grand Canyon et du givre est sur le toit de la tente.

Le Grand Canyon s’étend sur 450 km de long, formé par le fleuve Colorado, il est protégé par le parc national qui couvre 5000 km2, la route qui mène vers le nord traverse le parc et longe par endroit le Grand Canyon. Je rappelle que les parcs sont fermés mais la route ne peut être barrée. Le ranger à l’entrée du parc nous rappelle les règles, ne pas s’arrêter et circuler. Même si de la rubalise est mise en place sur les aires de repos nous allons enfreindre la loi. Même si nous savons que les rangers ne vont pas courir les rues nous nous dépêchons. Difficile d’apprécier le spectacle si grandiose quand on sait qu’il faut se dépêcher pour ne pas se faire attraper.

Première impression, quoi dire? C’est grand!!!

Comment contempler un tel spectacle, une faille d’une profondeur entre 1300 et 1600 m, d’une largeur allant de 5,5 km à 30 km.  L’échelle humaine est tellement insignifiante à côté, impossible de réaliser l’immensité!

Pffff… je pourrais rester des heures à méditer

Nous reprenons la route vers le nord tout en longeant le Colorado, nous sommes en territoire Navajo, nous rencontrons beaucoup d’indiens civilisés possédant tout types de commerces en bord de route. Nous mangerons même dans un restaurant indien par curiosité. Abraham nous explique que leur cuisine est essentiellement frit et grasse ce qui explique que la majorité des indiens soient obèses. Nous arrivons à Monument Valley en milieu d’après midi, appelée « la vallée des rocs » par les Navajos. C’est un parc privé leur appartenant, ce qui explique la possibilité de le visiter.

Forcément on repense à de nombreux westerns

Nous venons de faire 300 km pour plus de 5h de route, nous nous situons désormais à hauteur du lac de Powell côté est, à la frontière entre l’Arizona et l’Utah.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore une chose étonnante, c’est un parc que l’on peut visiter en voiture, on y voit donc quelques grosses voitures de luxe américaines mordant la poussière du désert. Forcément devant ce paysage, on repense à nombreux films et westerns. La visite en vélo ne nous prendra que 2 petites heures en prenant notre temps et en profitant d’un magnifique coucher de soleil.

Sans doute la photo du séjour, merci Abraham

Moab

Après une nuit sur place, nous reprenons la route vers le Nord pour Moab. Derrière nous, l’image inoubliable de Forrest Gump durant sa course à travers les Etats-Unis.

« I’m pretty tired, think i’ll go home now »

Nous voici dans l’Utah, non loin du tournage du film Broken Arrow.

Nous sommes à hauteur du parc national des arches, impossible à visiter mais nous nous arrêtons pour en contempler une au bord de la route. On se satisfera d’un échantillon.

Une arche au bord de la route.

Après plus de 3h et demi de route et 240 km nous voici à Moab en début d’après midi. Moab, la mecque du vtt d’après tout ce que l’on entend dire. Ce sera donc la plus grosse étape de notre voyage. Abraham nous fera rester 4 jours.

Comme entrée en matière nous ferons un parcours découverte sur ce que l’on appelle le « Slick Rock ».

Le slick rock de Moab

Le terrain s’apparente à celui de Sedona. Une vaste étendue de roche lisse, vallonnée tel un terrain de cross, il faut suivre les pointillés blancs si on ne veut pas se perdre. Comme à Sedona, vélos, motos, buggys et 4*4 sont les bienvenus pour user la gomme, chacun doit avoir son parcours à respecter. Ca monte, ca descend, on peut s’amuser à grimper des pentes impressionnantes si on a les jambes qu’il faut.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est amusant mais ca va bien 5 min, c’est une experience unique mais ca ne remplace pas les sensations que l’on peut avoir dans un bon mono trace avec quelques obstacles.

https://www.youtube.com/watch?v=tE24eZrrUnY

Encore de la malchance ou non? D’ici nous voyons qu’il a neigé sur les sommets; donc sur le départ du fameux « Whole enchilada » qu’Abraham avait prévu de faire. Nous attendrons notre dernier jour si la fonte des neiges est suffisante.

Fin octobre, les premières chutes de neige sur The Whole Enchilada

Lors de notre second jour, nous sommes allés rouler sur un plateau surplombant le « Dead horse canyon », un parc d’Etat donc autorisé, il faut bien faire avec ce que l’on a. Encore un endroit qui aura servi de décor à de nombreux films comme « Mission impossible II ». Le parc national de Canyonsland est également pas loin.

Dead Horse Canyon

L’après midi nous sommes allés faire une boucle sur un haut plateau, nommé « Captain Ahab ». Il ne faut pas avoir le vertige, nous longeons régulièrement le précipice avec parfois de bonne marche à descendre, en vélo bien sur!

Vélos, marcheurs, 4*4… Le territoire est assez grand pour que tout le monde cohabite…

Ce sont des parcours typés all mountain, beaucoup de roche, parfois nous traversons quelques zones sableuses assez piégeuses d’ailleurs. Ces parcours sont des oeuvres d’art, on se demande comment ils font pour mettre en place de tels amas de rochers et dalles. Des parcours très ludiques, on choisit notre trajectoire en fonction de notre niveau.

Quel contraste!

Nous ferons un parcours semblable le 3e jour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The Whole Enchilada

Le tant attendu mythique « Whole Enchilada », dieu merci la neige a suffisamment fondue. Le temps d’organiser notre navette avec une des boutiques de vélo de Moab et nous voila en route vers une journée inoubliable.

Départ à 3400m d’altitude, sur quelques centimètres de neige restants, et enchainement de plusieurs trails mythiques formant 45 km de descente et 2500 m de d-.

https://www.youtube.com/watch?v=Ana6az4zGvo

La navette nous dépose au point de départ du parcours, mais il nous reste un effort à fournir pour débuter la descente, quelques mètres à grimper.

Le parcours débute en forêt de résineux, dans le creux de la montagne, avec quelques cm de neige, beaucoup d’épingles, à cette époque ce n’était pas mon fort, et je me rappelle aller tout droit à chacune d’entre elles, la neige accentuait ma peur mais finalement débuter le ride dans la neige pour le finir dans le désert il faut avouer que c’était magique. Et puis quand on se prend au jeu, c’est aussi sympa de laisser le vélo glisser dans la neige.

En bas de cette première partie, nous traversons le cours d’eau formé par la fonte des neiges, puis nous entrons dans une grande forêt de peupliers faux tremble!!! Magnifique changement de décor! Cette forêt de feuillus, contraste entre les feuilles jaunes et ces nombreux troncs rectilignes et blancs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3e partie, la moins drôle, qui s’apparente plus à une liaison. Nous sommes sur un plateau avec une végétation plus herbacée, mais qui nous permet le meilleur point de vue entre ce que nous venons de descendre, la montagne enneigée et la foret derrière nous, et ce qui se présente maintenant devant nous, le désert rouge et ses canyons.

La beauté de l’automne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous attaquons le meilleur sur le plan technique, la roche, le vide. Je n’ai pas la technique pour tout franchir, ce serait une belle comparaison de revenir aujourd’hui mais cela reste ludique et très roulant.

Je ne me suis même pas écarté du sentier pour prendre la pose.

Nous arrivons au camion tout juste avant que le soleil se couche, comptez donc une bonne journée pour un groupe d’une douzaine de vélos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci Abraham, ce fut une bien belle journée, sans doute la journée du séjour.

Bryce Canyon

Le lendemain nous reprenons la route vers le sud en contournant le lac Powell. C’est triste nous sommes déjà sur la route du retour. Sur la route Abraham fait un petit détour pour nous montrer un village Mormons, les Mormons étant très présents dans l’Utah. En quittant une ville comme Moab, c’est choquant de voir des familles isolées, attachées à leurs croyances, à leur mode de vie en commençant par leur facon de s’habiller puisque c’est la première chose que l’on voit.

Nous voici autour du parc national de Bryce Canyon. Encore un parc dans lequel nous ne pouvons entrer, mais nous pouvons quand même admirer quelques formations rocheuses typiques à l’extérieur, là où le vélo est également accepté.

Encore un échantillon, celui de Bryce Canyon

Encore un paysage désertique, mais je me souviens d’un très beau passage abrité du soleil en pleine rivière sèche. Sans doute la 2e plus belle sortie vélo du séjour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Zion

Pour cette avant dernière nuit, nombreux auront souhaité renouer avec leur petit confort et prendre l’option chambre d’hotel. Nous ne serons que 3 ou 4 avec nos guides à continuer de camper. Il faut dire qu’à cette période les nuits commencent à être fraîches.

Ca sent la fin, nous nous rapprochons de Las Vegas. Nous traversons le parc de Zion, et nous tentons la même tactique qu’au Grand Canyon, mais alors que nous venions à peine de descendre du fourgon et fait quelques pas pour contempler le parc, on croise un ranger qui nous dit gentiment de reprendre la route…

Nous sortons du parc puis de la route principale pour s’engager dans un chemin, là il faut connaître, c’est l’avantage d’avoir un guide! Après quelques km en pleine pampa, nous nous préparons pour notre avant dernière sortie. Le temps est de nouveau gris et menacant.

On les entend plus qu’on ne les voit, sur cette petite montagne en contrebas les riders répètent leurs tricks pour la Redbull Rampage

C’est une sortie de quelques heures sur un plateau rocheux, surplombant le site de la Redbull Rampage. Nous arrivons à un belvedere sur lequel nous voyons et surtout entendons les riders pousser des cris de joie pendant leurs reconnaissances. Nous sommes jeudi et ca nous rappelle que la rampage a lieu dimanche!!! Dommage à quelques jours près nous aurions pu les voir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temps était menacant et c’est une rafale de grêle qui nous obligent à accélérer pour rejoindre le fourgon… Dimanche la Rampage aura été écourté à cause de la météo, les riders n’auront fait qu’un run. Pas étonnant nous qui avons subit la météo très capricieuse pendant cette quinzaine…

Retour à Las Vegas

La boucle est bouclée, aujourd’hui petite sortie dans le désert de Las Vegas. Rien de très excitant, une migraine aura raison de ma motivation, j’écourte la sortie et retourne au camion.

Après un otb sur un yucca géant, je tombe encore sur un trésor du désert.

Petite sortie nocturne dans Las Vegas et debriefing de cette quinzaine au restaurant. Le groupe se divise en 2, retour à l’hotel et dodo pour certains, et pour les autres la soirée se poursuit avec les plaisirs qu’offrent la ville de Las Vegas la nuit…

Petite esquisse de notre boucle. Sur la carte ca paraissait petit…

Résumé en vidéo

Un léger gout amer.

15 jours de vtt profil all-mountain. Rien d’insurmontable, mon 140 était parfait. Ludique à souhait, J’ai le souvenir d’avoir roulé à 80% sur de la roche, même si j’ai fumé mes pneus, quel kiffe!!!! Beaucoup de marches à sauter. Concernant les paysages, il faut aimer les paysages désertiques, en ce qui me concerne je préfère la verdure, si vous me demandez ce que j’ai vu de plus beau dans ma vie, je vous répondrais les lacs de Plitvicka et non le Grand Canyon. Bref c’est mon avis. Je préfère les cascades des Vosges, ses forêts de résineux et ses rochers recouverts de mousse.

En terme de vélo, c’était parfait, merci Abraham et Valérie pour ce programme parfait. Il manquait peut être le tour d’hélico pour voir le Grand Canyon.

Impossible de cacher ma déception face à la fermeture des parcs, ma raison première de ce voyage.

On finira par une bonne note, vous pouvez faire confiance à Vélorizon et partir les yeux fermés, vous n’avez à vous occuper de rien, juste à ne rien oublier dans le sac de voyage. J’avais peur de ne pas manger assez, je suis rentré avec des kilos en plus!

RVagabond

Une réflexion au sujet de « Le rêve américain »

Laisser un commentaire