Enduro des Hautes Vosges 2016

4iémè édition de l’EHV pour l’OTB team cette année. Et le moins que l’on puisse dire est que les années se suivent mais ne se ressemblent pas…Après 2 années passé au sec, l’édition 2016 a été plus qu’humide avec un quantité de pluie impressionnante tombé les jours précédents la compétition.

La présence de la team était réduite cette année avec pour seuls représentants Hervé et moi même, les autres ayant préféré faire l’impasse cette année pour diverses raisons. On espère voir une équipe plus conséquente l’année prochaine!

Après 9h de route depuis Toulouse j’arrive à Remiremont ou un colis m’attends: un casque, un masque, 2 pneus et du préventif, Je suis paré pour le weekend qui m’attends!
Je retrouve ensuite Hervé, direction chez sa soeur pour y déposer un frigo car il y en aura un dans sa future maison, enfin normalement…
Moment de calme
Moment de calme

Après un bon repas on rentre à Remiremont pour se reposer et on jte un oeil à la météo : pluie pour les 4 jours, sachant que le terrain pisse déjà la flotte de partout ça va être sport.

Day 1.
Reveil vers 8h, Hervé a un rendez vous ce matin…

Pendant ce temps là je monte mes nouveaux pneus, je repasse chez Maxxis, Minion DHR, j’ai fait dans le classique, et un Shorty, taillé pour la boue. Vu le temps qu’ils annoncent ça ne sera pas de trop.
il pleut à gogo toute la matinée et on a du mal à décoller. On prendra quand même les vélos dans la voiture et on tentera de faire des recos à pied après avoir mangé le midi.

On cherche des SP sans les trouver d’un coté de la vallée, on rebascule sur l’autre versant. La pluie a stoppé, on décide de sortir les vélos. En cherchant une des SP « cachée » on tombe sur de la rubalise on décide donc de se la faire avant de rentrer à la voiture.

Hervé la connait, il ouvre la marche et je le suis, mal m’en a pris.
Première difficulté et il tape un bunny up, je tente de passer au même endroit mais ça glisse. OTB!!
Je me nique la cuisse droite et le tibia gauche. j’ai 2 belles bosses et ça fait super mal. De quoi se mettre en confiance pour la suite. Je remonte sur le vélo et ça glisse de partout, je me demande même si je sais encore faire du vélo… C’est l’heure de rentrer et d’aller boire un verre pour oublier ce mauvais départ.
Day 2.

On décide d’aller chercher les SP du samedi qui se trouvent un peu plus bas dans la vallée.

Ca va s'améliorer qu'ils disent!
Ca va s’améliorer qu’ils disent!
Il ne pleut plus mais le terrain est gorgé d’eau, il a encore plu toute la nuit. Ils annoncent des quantités astronomiques de pluie. 10cm dans la journée à partir de 14h, on va se noyer! On enchaine les 2 premières SP qui sont assez roulantes et sans grande difficulté, il faudra juste garder le grip tout le long. Ca remonte un peu le moral, ça glisse un peu moins qu’hier mais on imagine déjà la gueule des chemins après plus de 300 zozos.
On pousse pour faire la 3ieme et la pluie commence à tomber. Une fois en haut, on est déjà trempés. Quand on arrive en bas on ne ressemble plus à rien.
Ca dégringole fort… On décide de rentrer.
Au compteur, 30 kms, 1200 de D+. 3 SP plutôt faciles, roulantes mais bien glissantes et boueuses. Physiquement on est encore hyper frais. On a rien vu passer mais le moral commence à redescendre un peu avec toute cette pluie.
Direction une place de Remiremont pour se prendre une petite bière en terrasse alors que le soleil se pointe, au moins 10 minutes, pour laisser place à la pluie et à la grisaille.
Ensuite direction un bar à vin pour finir l’apèro. 23h, Il est temps de manger et de se coucher. Demain c’est le D day!
Day 3.
On se tâte à aller rouler un peu avant le départ de l’enduro pour se chauffer mais je ne suis pas du tout motivé pour me défoncer les fringues et le vélo au grand dam d’Hervé. On se pointe à la base nautique tranquillement et quasi toutes les mines sont défaites face aux conditions qui nous attendent. Il ne pleut plus mais la nuit a encore été bien arrosé. Ca flic floc de partout.
Un jour de beau temps dans les Vosges
Un jour de beau temps dans les Vosges
Il n’y en a qu’un d’heureux  et c’est Oton, qui vient chercher la boue, il est servi.
Top départ vers 14h, on a quand même hésité à rester au chaud mais comme on était la…
On arrive en haut de la première SP, légerement tendu mais rien à voir avec il y à 3 ans, on est des habitués maintenant.
La grande question: avons nous des touristes devant nous et des fusés derrière? On aura vite nos réponses.
Je pars tranquillement en me disant que dans ces conditions Hervé ne devrait pas me doubler tout de suite. Je gère comme je peux mais c’est plus des acrobaties que du vélo. Sur les calles la moitié du temps, et l’autre moitié les pieds à gauche ou à droite…
J’en double un, deux, trois non sans difficulté et j’arrive en bas en un seul morceau et sans chute, SISI! Je me suis trainé mais j’ai assuré. Hervé arrive juste derrière moi avec une chute à son actif :
Hervé  : 3:34.93
Moi: 3:13.56
Comme attendu ça slide plus que ça ne roule, c’est flou, bref un vrai bordel.
Direction la SP2. Hervé peste déjà sur nos précédents. On a pas été doublé donc on a pas de balèze aux fesses c’est déjà pas mal.
Un chouilla plus technique que la première avec un beau coup de cul/portage, un vrai de vrai!
Départ! J’arrive rapidement aux fesses du gars devant et impossible de le doubler, je suis trop gentil… on arrive au coup de cul et Hervé est déjà derrière moi, une fois en haut je le laisse passer et il a assez de force pour doubler le gars de devant, je ne le reverrai plus. Je m’impatiente quelque peu mais dans un passage un peu tordu, le gars de devant tombe, et, étant trop près de lui, je tombe avec lui. On se relève, tout le monde va bien. Je tente de regagner le temps perdu mais rien n’y fait, Hervé est largement devant même si il est également tombé :
Hervé : 6:14.44
Moi : 6:39.26
Direction la SP3 qui est plus sympa, moins boueuse et herbeuse avec ce gros passage à plat et qui nous permettra, on l’espère de doubler nos 3 compères plus aisément. GO!
Je double rapidement le gars de devant alors qu’il chute dans une petite ornière et cette fois ci il ne m’emporte pas avec lui. Puis viennent les 2 autres ce qui me laisse le champs libre maintenant. C’est plus fun et je m’amuse enfin un peu. Le bas de la piste est sombre et est un tas de flotte mais on se marre bien.
J’arrive en bas content de mon run, Hervé fait une faute à la con sur le haut de la piste et part en glissade, il y perdra un peu de temps et surtout sa concentration.
Hervé : 9:23.55.
Moi : 8:53.98

C’est fini pour cette première journée, les vélos sont crados, nos fringues défoncées et nous avec. Direction le lavage auto et la douche/nettoyage de fringues. Un peu dépités par nos prestations respectives on espère une meilleure journée le lendemain avec plus de spéciales, moins boueuses, plus techniques. Niveau physique RAS, on est au niveau: 25, 850m de D+ Facile!

Day 4.
C’est reparti dimanche avec 5 spéciales, 3 remontés en télésiège pour 32kms et 900 D+ pour 1800 de D-.
On commence à froid par la même SP qu’il y a 2 ans dans le bike park qui commence par des virages relevés et qui fini sur la noire. On appréhende la partie basse. On baille avant le départ, bref on est en top forme!
Le GO arrive, c’est parti. Je suis encore sur la défensive, j’évite la souche de merde d’il y a 2 ans, (cf la vidéo ici), ça se passe tranquille jusque la partie noire ou ça se transforme en partie d’équilibriste. Je m’entraine à clipser déclipser plus vite que mon ombre mais ça fait surtout perdre du temps. Les gars qui me voit passer doivent se demander si je fais du vélo ou tout autre chose. Pas de chute, j’arrive sur la partie basse sans traverser la rubalise, (cf la vidéo ici), et j’arrive à pousser jusqu’au bout. J’arrive en bas un peu déçu de ma prestation. Je manque de réalisme. Je roule trop dans la précipitation et du coup c’est moche, très moche même…
Hervé : 7:23.06
Moi : 5:13.49
Je pense qu’a ce moment là Hervé a déclaré forfait. Ca glisse encore de partout pour lui avec ses pneus mode été. On remonte sur le télésiège direction Blanchemer ou on espère s’en tirer mieux.
Arrivé la haut, on nous dit que nous sommes très en retard et qu’on devrait être parti depuis longtemps, pourtant on a pas trainé…petit coup de stress, on s’équipe comme on peut. Ma tige de selle ne fonctionne plus, elle remonte toute seul, le cable est « grippé ». Je répare en mode dégradé, selle basse pour la SP. Ca va m’handicaper dans la relance autour du lac mais au moins ca ira dans le technique.
Hervé est parti avant moi et jusqu’au lac, pas de trace de lui, c’est bon signe.
J’arrive dans le technique après le lac et encore un festival de pieds sortie de partout, mon pilotage ne ressemble à rien, c’est la cata. Je croise Hervé sur le bord du chemin en train de récolter des champignons ou de bricoler, oups!
J’arrive au bout sans chute mais vla le travail…
Hervé : 27:42.96.
Moi : 9:16.95
Il m’expliquera plus tard qu’il a crevé en roulant sur le pédalier du concurrent de devant, pas très malin! Sa jante n’a pas résisté a l’impact et n’est plus étanche. Je l’attends en bas au ravitaillement mais repars avant lui, je ne sais pas si il est motivé pour continuer ou pas.
J’arrive la haut et toujours un petit bordel au niveau de l’organisation. On part dans le désordre , tout à fait a mon avantage sans les escargots de devant. Entre temps Hervé est arrivé et a complété la liaison à toute vitesse. L’année prochaine j’organise le trophée du meilleur chrono en liaison. Hervé sera champion!
Ici festival de tourbe et SP full freeride, du BONHEUR !!
Hervé : 5:53.37
Moi : 5:09.82
Direction la SP ou je me suis défoncé la cuisse et le tibia le jeudi. Je suis en confiance. Encore un départ dans le désordre et j’ai 3 nouveau amis devant moi mais pas les mêmes. Je passe plus tranquillement qu’en suivant Hervé. C’est beaucoup moins dangereux quand il n’est pas devant.
Je trouve que ça grippe mieux que le jeudi même si c’est encore ultra boueux. Une gamelle dans la partie freeride mais rien de terrible.
Hervé : 7:49.36
Moi : 7:36.14
GO pour remonter vers le bike park avec la même SP qu’il y a 2 ans aussi. Passerelle en bois et du gros « what the fuck » sur la partie haute avec la boue, racines et pierre , raidillon de la mort puis bascule vers la noire, qui est beaucoup plus simple que les années précédentes. Ils ont tué le dernier virage :(.
GOGOGO!! du grand n’importe quoi encore une fois du début à la fin même si ça passe mieux sur la partie basse. Je monte le raidillon vers la noire en mode facile HOURAA§
J’arrive en bas avec encore plein de jus mais c’est déjà terminé.
Hervé la fait en mode cool encore une fois :
Hervé : 7:45.60

Moi : 6:51.25

Bilan :

  • La boue c’est bien mais avec les bons pneus.
  • Faut pas rouler sur les potes en double ou triple plateaux sinon ça nique ta jante.
  • Faut mettre de la colle sur les calles pour apprendre à ne pas déclipser toutes les 30 secondes.
  • La tourbe c’est fun même gavée d’eau.
  • La Bresse, c’est loin de Toulouse.
  • Le mono en 11 vitesses c’est mortel. Le 34 dents c’est limite mais ça passe.
  • Il ne faut pas confondre vitesse avec précipitation
 Classement :
  • 122 pour moi, dommage pour le top 100.
  • 249 pour Hervé avec une crevaison et un pneu arrière plus que léger pour le programme.

Oton : 38:38.90
Moi : 52:54.45
Hervé : 75:47.27

Le palmares :

  • 2013 : Loïc
  • 2014 : Hervé
  • 2015 : Hervé
  • 2016 : Loïc

Compteurs remis à 0 !
Vivement l’année prochaine pour la belle. En espérant que toute l’équipe fasse le déplacement 🙂

Une réflexion au sujet de « Enduro des Hautes Vosges 2016 »

  1. Bah franchement tu nous vends du rêve. Malgré les conditions météo de merde, ça donne grave envie d’y aller.
    La seule fois ou vous tombez sur des clampins devant vous et on n’est pas là. J’aurai bien aimé me frotter à ces gus histoire de voir.
    Normalement l’année prochaine j’en suis. Plus de travaux ni rien du tout pour me faire de l’ombre. Entrainement de Rocky et je vise direct le top 100.

Laisser un commentaire