Raid en vallée de Masevaux

Ne connaissant pas le sud des vosges, j’avais envie d’organiser une sortie vélo en vallée de Masevaux. Etant à une heure de route, j’étudie un itinéraire réalisable sur un week end pour profiter pleinement du déplacement. C’est l’occasion de tester un nouveau concept de sortie VTT, partir 2 jours en vélo avec tout l’équipement nécessaire à notre survie. 2 jours, on ne devrait pas prendre un trop gros risque.

Les préparatifs

La stratégie est de laisser la voiture au point le plus près, dormir au point le plus loin. Mon objectif est avant tout d’aller voir la cascade du lac d’Alfed et de faire le sentier des cascades, pour favoriser ce sentier et avoir le temps d’observer le paysage, j’opte pour le faire à la montée, et pour avoir déjà eu un aperçu des sentiers en contrebas du Ballon d’Alsace, il va falloir porter le vélo. Le village de Masevaux représente un excellent point de départ, j’estime la distance correcte pour une journée de vélo.
Le point de départ étant fixé, il nous reste à déterminer où nous allons passer la nuit. Les refuges et autres hébergements aux alentours du Ballon sont déjà quasiment tous complets, nous prendrons ce qu’il reste, une chambre à l’auberge du Langenberg. Cette auberge est situé à 1100m, cela signifie qu’il faudra prévoir l’ascension sur la première journée, ce qui n’est pas infaisable, mais il ne va pas falloir trainer, ainsi nous aurons une deuxième journée plus cool pour le retour, le plus gros sera fait. La GR 531 représente un très bon itinéraire pour l’aller, alternant montées et descentes techniques au coeur de la vallée. La GR5 quant à elle fera un très bon retour, une ligne de crête avec une altitude relativement constante en guise de retour beaucoup plus cool. Le plus gros du séjour sera en fin de première journée, le sentier des cascades, une partie rocheuse et abrupte au pied du Ballon, juste avant de rejoindre l’auberge. Un portage de 500 m de dénivelé positif est en perspective, du lac d’Alfed au Langenberg.

Pour m’accompagner, un compagnon toujours volontaire et courageux, Fred dit le « Renard ». Pourtant prévenu de la dernière ligne droite très physique avant d’arriver à l’auberge pour prendre sa bière! Nous ne proposerons pas à tout le monde, car finir la journée avec 500m de d+ en portant le vélo dans la roche, ça ne s’adresse pas aux endurigolos, là c’est du lourd!

Le paquetage pour 2 jours :

Une pharmacie bien complète pour le sport de montagne, nous ne manquerons de rien puisque Fred et moi avons notre formation sauveteur secouriste.

L’outillage nécessaire pour réparer le vélo dont chambre à air et pompe.

Le téléphone portable en guise de GPS avec l’application iphigénie pour les cartes IGN, et la carte IGN papier. Une lampe frontale au cas où, un appareil photo.

Des vêtements de pluie, short et veste. Quelques vêtements de rechange pour le dimanche. Une tenue pour le soir avec des claquettes pour être décontracté.  Une serviette en micro fibres et des échantillons de gel douche.

Des barres énergétiques et protéinées pour les 2 jours, le pic nique du samedi midi. Le repas du dimanche est prévu à la ferme auberge du Lochberg.

Jour 1 Samedi 28 mai

Départ de Masevaux à 9h du matin, nous laisserons la voiture sur la place du village (400m d’altitude).  On se prépare tranquillement pour ne rien oublier, après un petit café nous voici partis pour 2 jours en pleine nature. Les yeux rivés sur le GPS au départ pour rejoindre le GR 531 à la sortie de Masevaux, pour ensuite se laisser guider par le balisage. Et d’entrée ça grimpe sec. Le ciel est gris, l’atmosphère humide et il fait très lourd, Nous transpirons très rapidement. Nous sommes sur un mono trace, les premiers pas se font en poussant le vélo, puis contrairement à ce que nous laisse apercevoir la carte, le reste se fera en vélo. Nous sommes en pleine immersion dans la végétation, on se croirait au Costa Rica. Une belle entrée en matière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous passons le lac du Lachtelweiher, la ferme auberge du Lochberg où nous en profitons pour réserver le déjeuner du lendemain midi. Improvisation suite aux conseils de Fred. Nous sortons de la GR pour ajouter 100 de dénivelé à la journée. De là, de nouveau nous poussons le vélo pour arriver au premier sommet de la journée, l’abri du Sommerseite (1000m d’altitude). Nous voici sur une prairie avec une magnifique vue sur la vallée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur cette prairie, on engage la première descente de la journée, et je pars comme un chien tout excité à qui on vient d’ouvrir la porte pour sortir! Un mono trace sinueux dans la prairie avec quelques pierres et quelques sauts, je teste mes sensations jusqu’à ce que je perde le contrôle de la roue arrière, celle ci se met à glisser latéralement sur une bonne vingtaine de mètres, jusqu’à rattraper la roue avant. Le vélo se retrouve perpendiculaire au chemin et c’est la chute, tout en restant sur le vélo je fais une bonne glissade sur une dizaine de mètres. L’herbe mouillée ça glisse un peu. Me voici prévenu, mais ça c’était gentil. Arrive maintenant la vraie descente qu’on attendait, la descente au lac de Sewen. Un mono trace en sous bois, sur un sol 100% terreux, avec de belles épingles mais encore couvert de feuilles, nous restons donc vigilants.  Le bas du chemin est saccagé par les engins de débardage, on roule dans des ornières et des branches laissées au sol, dommage.

Nous voici dans le charmant petit village de Sewen, nous longeons la Doller sous les rayons du soleil. Le lac de Sewen se fait discret, en retrait à cause des tourbières. Nous voici de retour en sous bois où nous décidons de prendre la pause déjeuner. Nous sommes dans les temps, il est 13h et nous voici au pied du mur du Ballon d’Alsace (500m d’altitude).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après manger, nous tombons amoureux du sentier, même si il faut porter le vélo, le paysage est magnifique, un sentier sur la roche qui longe une gorge avec de nombreuses cascades. Où les rayons du soleil percent par ci par là le feuillage de la forêt. Curieux qu’il n’y ait personne içi! On s’arrête donc pour une petite session photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous reprenons notre chemins en s’arrêtant tous les 5 m pour admirer la beauté de la nature.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voici au Lac d’Alfed où nous retrouvons masse de promeneurs en train de pic niquer. Effectivement, le parking est de l’autre côté du pont.

Nous reprenons notre chemin, et là ça grimpe sévère, pas d’autre choix que de porter le vélo, et naturellement les marcheurs se font immédiatement plus rare. Nous venons de trouver la solution pour ne pas se faire engueuler, rouler loin des parkings qui desservent les zones touristiques, ou plutôt les parkings qui font les zones touristiques. Et naturellement c’est ici que nous trouvons le plus de papiers au sol.

Nous sommes au pied de la cascade, sous un grand soleil, on en profite pour se rafraichir. Nous reprenons notre chemin, on en chie, on s’arrête régulièrement pour reposer les épaules qui portent le vélo. Après le refuge, nous remontons sur le vélo pour une petite portion roulante avant d’attaquer la dernière portion de portage (théorique) et regagner la GR5 à 1050 m d’altitude en guise de sommet. Cette dernière montée est impraticable en vélo même dans l’autre sens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voici sur la GR5, on pensait avoir fait le plus dur mais non! Un sentier casse pattes, sur lequel on alterne portions vélo, portions portage. On roule 20 m pour descendre du vélo et porter, et c’est interminable car à se rythme on a l’impression de ne pas avancer. Après avoir escaladé une portion un peu abrupte, nous croisons en haut un groupe d’allemands très emballés allant bon train. Il ne connaissent pas le coin, il est déjà 17h et ils veulent aller à Dolleren! Encore des inconscients. On les laisse repartir en attendant leur réaction quand ils vont découvrir ce qui les attends 5 m plus loin.

A la prochaine intersection nous sommes content de quitter cette GR de m… On s’engage dans une mini descente très technique mais qui se fait, content de rouler un peu sur le vélo. Encore un peu de pédalage et de coaching pour Fred  qui ne pense qu’ à sa bière depuis déjà 2h, cette GR lui a cassé le moral.

En se retournant, on peut voir ce qu'on vient de faire, contourner la montagne sur ce flan.
En se retournant, on peut voir ce qu’on vient de faire, contourner la montagne sur ce flan.

18h, nous sommes à la terrasse de l’auberge, dommage, la bière est dégueulasse, mais content de cette journée qui s’est déroulée comme convenu.

Bilan, 26,4 km et 1642 m de d+.

La nuit aura été difficile, un orage déchainé en sera la cause, coupant même le courant dans notre chambre. La lampe frontale aura finalement trouvé son utilité pour aller aux toilettes, même à l’hôtel, il faut toujours emmener une frontale!

 

Jour 2, Dimanche 29 mai.

Départ 8h. Malgré ce qu’il est tombé cette nuit, le terrain reste très praticable.

Le chemin séléctionné pour le retour est relativement facile. Quelques chemins larges, quelques monotraces, aucunes grosses montées ni grosses descentes, après la journée d’hier, ce n’est pas désagréable. Ca se fera très rapidement, à 10h nous sommes déjà à l’auberge où nous étions sensé manger.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On regarde la carte et Fred prend le relais en me proposant une boucle histoire de tempérer. Nous sommes à 1000m, on choisi de descendre à Etueffont (450m) sans oublier qu’il faut ensuite remonter à la ferme auberge.

La descente est une grande ligne droite sur un chemin de 3m de large, je peste, j’engueule Fred. On continue en gardant espoir sur la dernière portion, qui comporte quelques épingles sur la carte. Nous venons de descendre 350 m sur un chemin large sans aucuns intérêts!!!! 350 m!!! Vive le retour, j’adore monter 350m gratuitement.

Enfin les choses sérieuses commencent, un mono trace, droit dans une pente très raide, un sol qui n’accroche pas trop, on descend dans des débris de bois, c’est pas trop mal mais le sentier n’est pas nettoyé, et d’un coup en sortie de virage sans avoir le temps de comprendre je passe au dessus de mon vélo et  m’envole dans un tas de branches, j’ai bien cru que j’allais m’empaler dans le tronc du pin laissé au bord du chemin avec ses branches cassées et bien pointues, heureusement celles ci étaient pourries. Je reprends mes esprits et me calme avant de poursuivre. Bref pas une réussite cette descente. Nous sommes maintenant au village à 450m. Une montée longue et pénible nous attend, je mets du rythme afin d’éviter la déprime. Je mets ainsi 1h30 pour monter 550m de d+!!! Fred me rejoindra 15 mn plus tard, je ne sais pas si c’est son physique ou son mental qui vient  de lâcher.

Après manger, il ne reste que quelques km sur un  chemin relativement plat pour arriver au Sudel et attaquer en guise de dessert la descente sur Masevaux.

Nous voici donc à la voiture, après un itinéraire rallongé. L’itinéraire prévu était un peu trop léger, il ne faisait que 3h.  Le temps s’est finalement maintenu toute la journée avec une belle journée la veille. Une escapade bien réussie, en quelque sorte une préparation pour réaliser ce futur projet de traversée des vosges.

Bilan de cette 2e journée, 35 km et 1220 mde d+.

RVagabond

Laisser un commentaire