Un spicy qui en dit long sur mes intentions

Nous voici en 2016, je suis alsaco-vosgien depuis presque 1 an, et autant dire qu’ici le vélo de montagne est rapidement devenu ma priorité. Les résultats des épreuves d’enduro en 2015 étaient plutôt prometteurs, j’ai donc l’envie de faire un peu (voir beaucoup) mieux cette année dans les classements et pour ça, la progression passe aussi par le vélo.

Au départ, une simple révision

Nous sommes à la sortie de l’hiver, le vélo a donc fini (en théorie) d’être mis à l’épreuve des grosses pluies et de la boue. Il est donc temps, de lui faire une révision complète afin de commencer sereinement la saison avec les compétitions. Je me lance donc dans le désossement du vélo, démonte le cadre, les axes, et sans surprises je retrouve plusieurs roulements grippés. Par chance, un ami de mon patron, champion du monde d’endurance en moto, me conseille de les prendre chez un fournisseur à 2 pas du dépôt, on m’en parle comme les meilleurs roulements de tout le grand Est!!! Et des roulements champions du monde en plus!!!
Dans le même élan, pour changer les roulements de l’axe au niveau du pédalier, il faut démonter le pédalier! Et par chance, l’écrou de mon pédalier raceface a été foiré à sa dernière manutention, allons y changeons le pédalier! Afin de faire une transmission shimano complète haut de gamme, changeons aussi la cassette sram d’origine. Faisons nous plaisir! Comme en début de chaque année, je change la chaîne, mais cette année ma transmission a droit à une chaîne haut de gamme de chez KMC. Je change aussi les plaques d’usures de mon guide chaîne afin d’anticiper les mauvaises surprises, les plaques actuelles étant bien détériorées. La selle téléscopique Ks i950 est aussi en bout de vie, après 3 ans la cartouche est hs, étant donné la durée de vie d’une selle télescopique et puis tout ce que l’on entend sur le sujet, une d’occasion fera l’affaire. J’opte pour une Ks Lev, histoire de ne pas être embêté avec l’installation de la gaîne à l’intérieur du cadre, mais aussi d’avoir un mécanisme à l’abri des projections de boue, la dernière était très sensible à cela.

Dans le même élan, vu les circonstances actuelles, j’ai bien envie de profiter de mon argent et de le dépenser dans une des choses qui me donne la joie de vivre, le vélo! Après avoir longtemps rêvé d’un amortisseur de qualité, après avoir ressenti plusieurs fois les limites de mon fox ctd évolution, soit trop mou et trop vite en butée, soit trop dur et trop de rebond, ce qui faisait de mon vélo un siège éjectable au moindre obstacle. Le côté positif c’est que j’ai appris à amoindrir les chocs avec les jambes. J’ai longtemps étudié les différents produits. Je souhaitais en premier favoriser les marques françaises, Bos. N’ayant aucun contact commercial avec cette marque, je me suis tourné vers cane creek, les entretoises pour mon cadre sont introuvables, et la réponse de X1 Racing n’arrivera qu’après ma décision. Rockshox, je met de côté, car pour ce vélo, je veux du lourd! Et c’est donc pour la marque restante que mon choix s’est porté, un amortisseur lui aussi champion du monde!!! Et puis tant qu’à faire, groupons une fourche à la commande puisque la fourche désirée est chez le même fournisseur. Bref, le vélo sera entièrement équipé haut de gamme, il ne restera plus que le pilote à changer et éventuellement une transmission mono plateau, mais ce n’est pas d’actualité, le Vagabond a besoin de ses 2 plateaux pour aller partout.

Il m’aura fallu 4 soirs pour remonter le vélo entièrement.

Listing

Cadre Lapierre Spicy 327 2014 Taille L

Roues Mavic Crossmax XL Pro WTS 27,5
Pneu Maxxis Minion DHR 2,30 tubeless
Mavic Charge 2,40 tubeless

Transmission Shimano 2*10
Commandes de vitesses XTR
Pédalier XT 24-34, manivelles 175mm, pédales DX
Cassette XT 11-36

Cintre Renthal 780mm, Grips ODI SDG, Potence Hope AM/FR

Freins Shimano XTR, disque avant 200, arrière 180

Tige de selle KS Lev

Suspensions
Fourche DVO Diamond 160
Amortisseur Fox Float X 200/57

Mes premiers tests

Ils seront réalisés à Dabo lors du Cannondale Enduro Tour, avec des conditions des plus extrêmes pour la mécanique, de la boue, du sable, des racines et des rochers à la masse et bien mouillés.

Mon pilotage est resté prudent jusqu’à maintenant, à voir sur le sec et à haute vitesse. Dans la globalité, je suis ravi de ce bodybuilding.

La transmission intégralement shimano est un vrai plaisir, une fiabilité toute en douceur même couverte de boue pendant toute la durée de l’épreuve. Incomparable avec l’ancien pédalier et cassette d’une autre marque. La chaîne KMC me semble beaucoup légère lors des passages de vitesse, la pression sur les leviers se fait beaucoup plus facilement. Aucun saut de chaîne ou de déraillement, malgré sa fragilité le guide chaîne double e-thirteen a fait son taf.

Premier test des freins shimano XTR en épreuve, également très rassurants et constants malgré le terrain extrêmement glissant.

Tige de selle KS Lev efficace malgré ses 3 ans d’âge, il y a 3 ans à La Bresse avec des conditions identiques, ma KS I950 pourtant neuve à l’époque m’avait posé des problèmes, bloquée en pleine spéciale à cause de la boue.

Rien à dire sur les roues Mavic Crossmax XL Pro WTS, les roues les plus rigides que je n’ai jamais eu, le tout avec une sensation inégalable. Je ne critiquerai pas le Maxxis Minion DHR, étant bien usé il m’a valu 2 chutes, en chassant de la roue arrière, c’est un pneu polyvalent, avec une très bonne accroche dans tous les domaines et un rendement inégalable pour un pneu d’enduro. Le Mavic Charge est sans doute le meilleur pneu à l’avant, rien à dire, peut être un léger manque d’accroche par rapport à ses concurrents. C’est le meilleur pneu que j’ai pu avoir.

Les suspensions

L’amortisseur, un Fox Float X, l’amortisseur champion du monde en EWS. Il manque de réglages même si j’en suis encore à cette même phase. Raide à la première sortie, il s’assouplit par la suite, demandant de rajouter un peu de pression pour ne plus talonner. Le réglage se fait surtout au niveau du rebond mal conçu car inaccessible. Je n’ai toujours pas trouvé l’intérêt du réglage de la compression basse vitesse en mode descente. Une fois le mode descente réglé, les modes trails et climb sont désagréables. Sinon quand on a réussi à trouver un réglage potable, c’est un amortisseur qui me change la vie en comparaison au précèdent, beaucoup plus souple sans talonner, les petits obstacles du style racine ne se font que légèrement ressentir, ca en est presque frustrant, on se dit si les chemins défoncés nous paraissent lisses, où est le plaisir de faire du VTT?! Dur de le juger dans la boue du CET, mais la veille sous la pluie et dans les racines du côté de Saverne, mon adhérence et ma motricité ont été multiplié!!! Je gagne en assurance dans les successions d’obstacles, j’ai l’impression d’avoir le vélo collé au sol, ce qui a du me servir pour m’engager dans certaines phases dangereuses le lendemain au CET. Bref, je pense qu’il demande de comprendre le peu de réglages qu’il a, mais sans doute suffisants.

La fourche, une DVO Diamond, quant à elle a été monté la semaine suivante pour éviter d’être trop perturbé par les changements, et risquer les mauvais réglages en épreuve. Testée à Cornimont dans des singles bien hardcores et dans la descente de la cascade Charlemagne. Des chemins bien difficiles qui m’auront valu 2 vilaines chutes. Sur cette fourche, tout est réglable, et avec les réglages basiques du manuel c’est du lourd. Jamais talonné malgré des gros sauts de rochers dans la pente (Tête de Zefeu) et une descente typée DH (cascade de Charlemagne). D’ailleurs ceux qui disent préférer les Vosges Alsaciennes aux Vosges Vosgiennes sont dans l’erreur. Rouler dans la verdure de la vallée de la Moselotte n’a rien de semblable, ici je me ressource. Bon! revenons à notre fourche! Une souplesse inégalable en basse vitesse, peut être d’ailleurs trop souple puisque cela contraste avec la dureté en haute vitesse, mais ça ce n’est qu’un réglage. Je n’ai pas ressenti le besoin de toucher au rebond et à la sensibilité. Le seul bémol c’est que l’on ne peut pas bloquer la fourche complétement, perso je ne bloquais jamais mon ancienne fourche, à moins de faire de la route. Le petit gadget en plus, le garde boue est bien conçu.

En bref, complètement métamorphosé pour cette nouvelle saison, ce vélo est d’un confort inégalable. Un vélo capable de faire les EWS, je n’ai plus qu’à le domestiquer pour espérer en tirer le meilleur et pouvoir gagner du temps dans les chronos à l’avenir.

Laisser un commentaire