Bruniquel en mode touriste

Sans GPS ni carte il faut se fier à son bon sens, certains parlent de feeling…

Etant nouveau dans la région je me suis fixé comme objectif de visiter un nouvel endroit une fois par mois, histoire de faire un peu le touriste et surtout de trouver les meilleurs chemins possible. Il y a vraiment de quoi faire à moins de 2 heures de route de la maison.
Je commence par les coins les plus évidents, la ou des enduros ont déjà été organisés et ou les spéciales/traces existent déjà. On verra pour dénicher les perles rares plus tard.
Direction Bruniquel avec une jolie trace de 35kms pour 1200 D+ dans la poche…enfin presque. Arrivé sur le parking de beau matin je m’aperçois que la trace est restée sur le PC et qu’elle n’est pas dans le GPS. hahaha!! Je suis drôle parfois!! Je décide de faire la sortie à l’aveugle en espérant tomber sur des chemins sympas. J’avais quand même regardé un peu la typologie du terrain et sais un peu ou aller.
Je pars par le premier chemin qui croise mon regard et monte en faisant confiance au bon sens « Si ça monte, ça finira par redescendre ». J’arrive à une antenne relais, et descends par le segment « tombe des anglais ». J’avais quand même enregistré les segments sur le GPS je vois donc que je ne suis pas trop mal, je décide de refaire une seconde passe. Je chemin est très sympa, pas mal de caillasses, de la terre encore boueuse, des pierres humides, ça glisse mais c’est fun. Le 2ieme passage se fait avec plus de finesse et d’aisance. Top comme début de journée.
On continue la sortie touriste en tentant de trouver d’autres chemins. Je croise un gars qui semble remonter dans Bruniquel le vélo sale je décide d’aller à l’opposé et de voir d’où il vient. Je tombe sur un chemin à fort potentiel et m’aperçois une fois en haut qu’il s’agit de la SP1 de la boucle d’origine. Top! En haut c’est plutôt terreux et assez large, en bas mode cailloux à gogo et le chemin se ressère. Quelques fautes par ci par la, j’arrive en bas pas tout à fait content de ma prestation mais le chemin est pas mal.
Je remonte par celui-ci et bifurque sur la gauche pour ne trouver qu’un petit single sympathique mais trop lisse pour être interessant à redescendre.
Je décide de faire une dernière monté et passe sur le bas de la SP2 mais à la première bifurcation je sors du chemin et arrive dans une zone type freeride. Pas beaucoup de place pour monter, je pousse et porte le vélo alors que la pente se fait de plus en plus forte. J’arrive au sommet, me fait une petite pause et repart par la ou je suis venu.
Le haut du chemin est bien freeride dans de l’herbe, des racines et de la terre bien glissantes. N’ayant pas de chemin je navigue à vue et par une ou deux fois sort de la « trace » principale.
Une fois de retour sur le bout de la SP, je mets les gaz sur un chemin ultra rapide, pas technique mais assez ludique vu la vitesse.

N’ayant rien à manger je fini vidé après seulement quelques kilomètres…
Retour au parking puis à la maison après une bonne journée de ride et la satisfaction d’avoir trouvé un nouveau spot avec pas mal de chemins sympas. Je reviendrai avec la trace la prochaine fois.

3 réflexions au sujet de « Bruniquel en mode touriste »

  1. Lolo!!! quand on fait de la route il faut s’organiser. Ca va, c’est moins grave que d’oublier la roue avant de son vélo. Par expérience, les sp réalisées spécialement pour un enduro, partent toujours d’un sommet, même si il faut pousser le vélo pour arriver en haut. Donc facile à trouver, mais bon, c’est toujours au risque de grimper pour rien.

Laisser un commentaire